Décembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier


Archives de campagne de Marks Théron (1920-40)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Archives de campagne de Marks Théron (1920-40)

Message  M. Weiss T. le Mer 3 Jan - 14:07

Manuel de campagne de
l’Agence du Dernier Rempart

Manuel de Théron Marks, fondateur de l’agence du Dernier rempart
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

On ne sait pas grand-chose au sujet de Théron Marks avant qu’il apparaisse à Arkham, Massachusetts, au début des années 20.Mais en quelques années, et grâce à l’aide de quelques compagnons de confiance, il a réussi à monter un petit groupe d’investigateur amateurs à tarif réduit, une organisation qui mis sur le devant de la scène des investigateurs du Mythe… aussi célèbres que Joshua Leng (Mort en 1923), Jonathan Harker Jr (Mort en 1923), Ambrose Hunt (Mort en 1923), Virgil Hector Hades (Mort en 1924), August Rath (Mort en 1923), Dmitri Katliya (Mort en 1924), et Frank Glup (Mort en 1924).


Tout au long des année 20, nous nous sommes battus, dans la société de Théron Marks, en suivant les directives avisées de son créateur, pourchassant les phénomènes paranormaux et les adorateurs du Mythe partout où nous les trouvions. La plupart des membres initiaux ont été tué ou ont pris leur retraite à « l’hospice Théron Marks pour les investigateurs à la santé mentale précaire ». Malgré le grand épuisement de ses membres, la société continue encore à ce jour, de lutter, parce que nous devons constamment rester vigilant pour déjouer les projets de ceux qui veulent prendre possession de notre monde.


Mon intention en diffusant ici les sages conseils de Théron Marks, est de fournir à tous les investigateurs qui partagent nos opinions des informations et des conseils tactiques qui peuvent vous aidez à faire la différence entre une enquête réussie et une enquête qui mène à la folie ou à la mort. Le manuel de Théron Marks contient des observations utiles et des conseils pratique sur des sujets aussi diverses que les armes, le personnels, l’équipement, les procédures standard d’enquête, ainsi que des tactiques permettant de faire face efficacement à toute variété de situations dans lesquelles les investigateurs de l’Agence peuvent se retrouver.


Dernière édition par le Mer 3 Jan - 14:21, édité 1 fois
avatar
M. Weiss T.
Agent de liaison

Masculin

Age Age : 41
post post : 127

Revenir en haut Aller en bas

Re: Archives de campagne de Marks Théron (1920-40)

Message  M. Weiss T. le Mer 3 Jan - 14:08

Stratégie

« Courez, Imbéciles courez !! »
Théron Marks

Une enquête sur un phénomène étrange nécessite une stratégie en deux phases : tout d’abord une enquête sur les circonstances entourant le phénomène (phase de recueil d’informations) et ensuite une première enquête sur la cible.

On doit absolument réunir le plus d’informations possible sur un phénomène avant de se lancer dans l’enquête proprement dite. La méthode habituelle de Théron Marks consistait à diviser l’équipe en deux (j’étais habituellement chargé avec l’aide de Frank Glup ou de August Rath de couvrir la bibliothèque, la mairie, les journaux, les témoins et tous les autres endroits et personnes susceptibles de recéler des informations). Ce n’est que lorsque suffisamment de renseignements auront été ainsi obtenus qu’une première, relativement peu dangereuse, pourra être organisée sur les lieux où le phénomène étrange s’est manifesté. Une fois sur place, il est nécessaire d’examiner soigneusement les environs pour y trouver d’éventuels indices. Une étude plus détaillée des procédures à respecter pour mener une telle enquête sur « les circonstances » sera présentée plus loin, dans la section intitulée « Procédures d’enquête »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
En arrivant sur le site d’une activité paranormale, la première chose à faire est de rester vivant et sain d’esprit. En suite, les investigateurs doivent découvrir aussi vite et en courant l moins de dangers possibles, quelle est la nature du phénomène.
Pour y parvenir, il est nécessaire de surmonter des obstacles et des menaces relativement peu importants. Je sais par expérience que des créatures connues sous le nom de Profonds ou des adeptes humaines sont souvent détenteurs d’informations secrètes ou les gardiens d’une menace bien plus importante que celle qu’ils représentent eux-mêmes. Les investigateurs doivent survirent aux combats qui les opposent à ces menaces inférieures pour découvrir quelle plus grande menace réelle elles cachent. La section intitulée « Procédures tactiques » traite en détail de la manière dont on peut régler le problème posé par les menaces inférieures.
Une fois que la pénétration dans le cœur du phénomène est obtenue et qu’une première confrontation peut avoir lieu, les investigateurs doivent décider s’il faut attaquer ou fuir (parce que l’horreur est trop énorme à supporter sans perdre la vie ou la santé mentale). Il est recommandé d’attaquer si la victoire est dans les possibilités envisagées sérieusement et si elle peut permettre d’atteindre le but fixé (que se soit de vaincre le phénomène ou tout simplement obtenir des informations).

Quoi qu’il en soit, l’expérience a montré qu’il est parfaitement raisonnable de savoir qu’au cours de n’importe quelles missions, au moins un des membres de l’équipe est généralement tué ou devient fou (si ce n’est pas pire…). La vie d’un investigateur est souvent courte, mais toujours intéressante.

Etudiez votre ennemi. Apprenez le plus de chose possibles sur ces choses et leurs sbires. Un investigateur bien préparé doit être entouré d’amis sûrs, posséder un bon équipement et être chaussé d’une bonne paire de chaussure de course.
avatar
M. Weiss T.
Agent de liaison

Masculin

Age Age : 41
post post : 127

Revenir en haut Aller en bas

Re: Archives de campagne de Marks Théron (1920-40)

Message  M. Weiss T. le Mer 3 Jan - 14:09

Le Personnel

« Franck Glup était l’un des grands manieurs de hachettes de tout les temps.
Son tableau de chasse ressemblait à un index du Nécronomicon. »
Théron Marks


Lorsque Théron Marks m’a recruté pour faire des enquêtes sur les activités paranormales, ses équipes étaient composées de bons à tout faire. Au fur et à mesure où notre expérience s’améliorait, nous nous sommes aperçus que les équipes qui obtiennent le plus de succès sont celles qui sont composées de spécialistes et « d’apprentis » (des investigateurs qui ne participent pas aux enquêtes, mais qui se forment avant de devenir vraiment actif). Maintenant la société est composée d’un assortiment complet d’investigateurs dans lequel elle peut choisir les membres des équipes d’enquête en fonction sur des circonstances.
La meilleure équipe d’intervention contre les phénomènes paranormaux devrait se composer d’un magicien/spécialiste des langues, d’un tireur/expert en démolition, d’un tireur assistant/mécanicien et d’un érudit/médecin/spécialiste en communications. Ci-dessous, vous trouverez diverses catégories d’experts que, grâce à notre expérience, nous pouvons vous suggérer d’inclure (en diverses combinaisons selon les cas) dans vos équipes d’Investigateurs.

Les combattants :

L’objectif de toute enquête devrait être de découvrir des informations, des livres, des objets, des lettres et des plans d’actions utilisables pour mettre fin aux activités de créatures qui se cachent dans l’ombre et des hommes qui les aident. Malheureusement, la plupart de ces informations, de ces livres, etc… sont sous bonne garde. Le rôle du combattant (ou tacticien) est d’aider ses compagnons à atteindre leur but et à en revenir vivant avec le maximum d’objets et d’informations. En général, pour ce travail, ce sont les anciens militaires qui sont les meilleures recrues en raison de leurs compétences en armes, en tactiques et en démolition. A l’aide d’un bon prétexte et de lettres de crédit judicieuses, un tacticien habile peut même,être capable de donner des raisons plausibles aux autorités pour expliquer pourquoi il est acceptable de laisser son équipe d’investigateurs se déplacer, armée jusqu’aux dents d’armes automatiques et ‘explosifs. Choisissez des combattant avec une bonne santé mentale, ils en auront besoin. La dernière personne qu’une équipe d’investigateurs veut voir devenir folle est bien celle qui possède les armes les plus redoutables.

Les spécialistes des langues :

Toutes les équipes ont besoin d’un homme qui comprend le latin, le grec, l’arabe et les anciens hiéroglyphes égytiens. Il est aussi utile, habituellement, d’avoir avec soi quelqu’un qui sait parler des langues européennes, telles que l’Allemand, le Français, l’Italien et l’Esagnol. Les autres langues sont assez peu utilisées, aussi à moins que l’équipe n’ait l’intention de se rendre dans le pays où une langue « rare » est utilisée, le recours aux services d’une université pour obtenir une traduction devrait suffire. Si possible, une équipe devrait être composée de membres de diverses nationalités car cela a pour effet d’augmenter ses compétences linguistiques. A plusieurs reprises la Société Théron Marks a compté des membres d’origine américaine, anglaise, écossaise, irlandaise, chinoise, russe, indienne, française, allemande et espagnol.

Le spécialiste des communications :

Il est très important qu’une équipe possède un membre doté d’un bon charisme et qui sache bien parler. Il est très souvent nécessaire de calmer les craintes des autorités locales ou de gagner la confiance d’informateurs réticents ou effrayés. Ces qualités sont plus efficaces si elles sont possédées par un homme très instruit parce que son statut social et ses fonctions donnent un verni de légitimité à ses démarches d’enquête.

Les érudits
Une équipe qui veut réussir doit posséder un membre formé aux disciplines de connaissances autres que les langues. Il devrait être un bon chercheur. Par ordre de préférence, il faudra choisir un investigateur possédant des compétences en archéologie, en sciences médicales, en occultisme, en astronomie, en géologie ou en zoologie. Les érudits n’ont pas besoin d’être aussi sain d’esprit qu’ils sont intelligents.

Les magiciens

Chaque équipe devrait comporter un magicien désigné, accompagné d’un apprenti. Comme les formules de la plupart des sortilèges sont en langue étrangère ou ancienne, c’est habituellement un investigateur spécialiste des langues ou bilingue qui est le mieux placé pour pratiquer la magie que découvre l’équipe dont il fait partie. Il faut toujours prévoir des apprentis parce que les magiciens obtiennent leur savoir bien souvent au prix de leur santé mentale et ils ont tendance à devenir fou lorsqu’on a le plus besoin d’eux. La rotation des postes dans cette spécialité est élevée.

Les experts en démolition :
Pour pouvoir utiliser de la dynamite, du C-4, une équipe a besoin d’un expert en démolition, Gunther Dammerung, un de nos anciens camarades a été pulvérisé dans les collines près de Drovosna, en Hongrie, parce que son groupe n’avait pas su transporter convenablement dans une charrette la dynamite destinée à faire sauter le château Hauptmann. De plus, un expert en démolition agréé peut plus facilement obtenir un permis de posséder et utiliser de la dynamite. Essayer de recruter d’anciens sapeurs ou des personnes qui ont travaillé dans les mines ou dans le bâtiment.

Les mécaniciens :
Il ne faut pas jamais sous-estimer la valeur d’un bricoleur. Un tel homme peut conduire des véhicules divers, ouvrir des portes, crocheter des serrures, réparer des gonds, remettre une arme en état, construire des gadgets, prendre soins des livres en mauvais état, faire fonctionner un treuil, des machines lourdes et étranges… et de sauver la mise dans bien des situations. Si en plus, un mécanicien a les épaules solides et peut porter sur son dos tout l’équipement de l’équipe, c’est d’autant mieux.

Les bienfaiteurs :
L’un des facteurs qui ont grandement contribué au succès de la Société de Théron Marks, c’est le fait qu’elle a disposé d’une fortune indépendante. Tous les biens capturés deviennent propriété de la société (et sont soigneusement pris en comptes par des comptables de la société) et il est très fréquent que des membres fassent don de tous leurs biens à la Société. C’est cela qui permet aux investigateurs qui font partie de cette dernière de ne pas exercer de profession à l’extérieur, du moins tant qu’il y a suffisamment d’argent pour couvrir leurs frais et leur entretien. Un groupe d’investigateur qui ne comporte pas de membres aisés devrait chercher à recruter de riche dilettante.

Les apprentis :
Chaque équipe devrait assurer l’apprentissage de quelques nouveaux membres. Les apprentis sont de nouvelles recrues qui ne sont pas envoyées en mission mais qui restent à la base et étudient dans les livres et perfectionnent leurs compétences de diverses manières. La période d’apprentissage peut durer des mois si le taux de disparition des investigateurs actifs reste relativement bas. Les apprentis constituent une réserve de sang frais (façon de parler) qui peut aider à maintenir la continuité d’une enquête en cours. Une réserve complète permet d’être sûr qu’en dépit du fort taux de mortalité et de folie qui frappe les investigateurs à plein temps, une équipe entière pourra toujours être remise en route.

Les archivistes :
Un des membres de l’équipe devra être désigné comme archiviste. C’est lui qui tiendra un relevé au jour le jour des activités de l’équipe, prendra des notes sur les indices découverts et en gardera une trace écrite des informations glanée au cours des recherches. Ce travail peut-être effectuer par les autres membres, à tour de rôle. L’archiviste peut aussi jouer le rôle de bibliothécaire, notant quels livres possédés par les membres de l’équipe, qui a lu et qui est devenu fou après les avoir lus.

Les membres des fraternités bienfaisantes :
Le fait d’être membre d’une telle fraternité a plus d’une fois tiré d’un mauvais pas un investigateur de la Société Théron Marks…

Les photographes :

En prenant des photos, on dispose d’une excellente méthode pour préserver des indices afin de les examiner ultérieurement. La présence dans l’équipe d’un membre amateur de photographie est un bon avantage, surtout si ce membre sait développer ses photos et transporte avec lui l’importante quantité de matériel dont il a besoin pour le faire. Le photographe de l’équipe devrait toujours tenir son appareil prêt à être utilisé, plutôt qu’une arme. Mais la prise de photo d’une manifestation étrange fait courir des risques à la santé mentale et à l’intégrité physique du photographe car pour réussir une photo, il est obligé de s’exposer lui-même, comme son film. Quoiqu’il en soit, la présence d’un photographe dans l’équipe procure à celle-ci une excellente possibilité de réunir des informations rapidement et discrètement, afin de les étudier en détail plus tard.
avatar
M. Weiss T.
Agent de liaison

Masculin

Age Age : 41
post post : 127

Revenir en haut Aller en bas

Re: Archives de campagne de Marks Théron (1920-40)

Message  M. Weiss T. le Mer 3 Jan - 14:09

L'équipement
« La santé mentale est un fusil de chasse à canon scié »
- Franck Glup

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Sans l’ombre d’un doute, une arme est la pièce d’équipement la plus importante pour un investigateur. Sans aucune exception, toutes mes enquêtes effectuées avec Théron Marks ont toujours conduit à une confrontation directe avec un genre ou un autre d’horreurs. Si un investigateur peut préserver sa santé mentale, une arme est le meilleur moyen d’assurer que le carnage qui va suivre affectera en premier le monstre avant les investigateurs. Evidement toutes les créatures de l’étrange ne sont pas sensibles aux attaques physiques, mais notre expérience nous a montré qu’il est rare d’en rencontrer de tels sans avoir à se battre d’abord contre des monstres qui sont vulnérables.

Fusils de chasse :
Ce sont les meilleures armes qui soient. Lorsque leur canon est scié, ces fusils sont légers, relativement faciles à dissimuler, faciles à grandir et relativement meurtriers à courte portée. Une équipe d’investigateurs armés de fusils de chasse peut vaincre presque toutes les menaces physiques.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dans notre groupe, le plus grand pratiquant du dégainage rapide du fusil à canon double était Franck Glup. Il portait toujours deux fusils à canon scié dans des holsters cachés sous son Trench-coat trop grand et il pouvait vider ces deux armes en moins de temps qu’il ne faut pour dire « Shub-Niggurath ». Mais le fusil à canon double présente l’inconvénient de ne permettre de tirer que 2 coups. Ceux-ci dit, il a été rarement nécessaire que Franck Glup ait eu à rechargé après avoir vidé les deux canons de ses deux fusils dans quelque chose.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le fusil à pompe est une arme appréciée par les membres de la Société Théron Marks, il contient quatre cartouches, il peut tirer relativement vite et il est excellent dans les situations tactiques de proximité – sauf quand il s’enraye. Certains membres transportent des cartouches spécialement chargée d’argent ou de matière inflammable qui peuvent s’avérer très efficace contre les morts-vivants, tout aussi bien que contre tout ce qui vit.


Les fusils ou les armes de poing :

Théron Marks s’est rarement encombré de fusils et d’armes de poing, bien qu’il est su relativement bien se servir des deux types d’armes. Une carabine est bien plus efficace à longue portée qu’un fusil de chasse, mais elle ne cause bien souvent pas assez de dommages pour tuer quelque chose avant qu’elle ne vous tue. Si une menace est trop distante pour être touchée par un tir de fusil de chasse, les investigateurs devraient décider d’attendre qu’elle se rapproche , ou de lui tendre une embuscade ou tout simplement de fuir. Les armes de poing sont aussi peu précises à longue portée que les fusils de chasse, mais ceux-ci cause quatre fois plus de dommages. Avec un canon scié, un fusil de chasse est relativement facile à dissimuler, même si ce n’est pas autant qu’une arme de poing.
[img][/img]

La dynamite :
C’est l’arme du dernier recours. Elle est dangereuse pour les investigateurs eux-mêmes et produit souvent des effets allant à l’encontre du succès de l’enquête. Voyez le paragraphe relatif aux experts en démolition ainsi que celui qui parle des tactiques à adopter avec la dynamite.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Les liquides inflammables :
Emportez des liquides inflammables dans toute une variété de contenants cassables ou non-cassables. L’essence blanche (le benzène) est plus inflammable que l’essence ordinaire. L’alcool est même meilleur. Il est conseillé de se munir de fusées éclairantes, de pistolets lance-fusées ou d’un pistolet chargé d’une cartouche incendiaire pour allumer les liquides inflammables à distance.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bien qu’ils soient plus faciles à se procurer que la dynamite, les liquides inflammables comportent les désavantages et les contre-indications inhérents aux explosifs. Cependant, lorsqu’ils peuvent être employés, ils sont rapidement efficaces et meurtriers, en particulier contre des menaces physiques grandes ou lentes, ou encore contre des meutes d’animaux comme les loups, des chiens ou des rats. Voyez le paragraphe relatif aux experts en démolition ainsi que celui qui parle des tactiques à adopter avec les liquides inflammables.

Les lanternes et les éclairages :

Pour réussir à vaincre des entités blasphématoires, il est nécessaire de les poursuivre jusque dans les profondeurs obscures et abyssales qu’elles affectionnent. Mais il serait téméraire de pénétrer de tels lieux sans être muni d’une solide et bonne source de lumière. Une source fiable de lumière vive peut produire les mêmes effets qu’une arme en donnant du confort et du courage aux investigateurs et en suscitant de l’effroi et de la perte de confiance chez leurs adversaires. N’oubliez cependant pas qu’il est parfois préférable de ne pas voir clairement les horreurs auxquelles vous êtes confronté.
Lorsque la société Théron Marks a commencé ses activités, nous avons éprouvé quelques difficultés à transporter de façon satisfaisante une source lumineuse dans un endroit sombre.
Une lumière tenue dans la main gauche ne laisse q’une main libre (du moins pour les hommes) pour dégainer une arme et tirer. La précision du tir s’en ressentait et les investigateurs en souffraient. Les casques de mineur étaient plus efficace mais ne suffisaient pas parce que leurs rayons lumineux devaient être dirigés séparément du tir et la cadence de celui-ci s’en ressentait. Nous avons alors essayé de fixer une torche électrique sur les canons des fusils, mais chaque coup tiré risquait de détruire la torche.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Habituellement, au moins un des membres de l’équipe ne tire pas à un moment ou un autre, c’est pourquoi nous avons compris qu’il y aurait toujours au moins une torche pour éclairer la scène. La Société possède maintenant des crosses spéciales conçues pour des torches, ce qui montre à quel point il est heureux qu’un membre soit assez riche pour permettre ce genre achat particulier. Emportez des torches de réserve, des piles et des ampoules et assurez-vous que quelqu’un, dans l’équipe sache réparer les lampes.

Les automobiles :
Toute les équipes d’investigateurs devraient avoir une voiture, de préférence une camionnette. Le véhicule devrait posséder un coffre de grande dimension ou une habitabilité suffisante pour qu’on puisse y charger tout l’équipement essentiel dont nous avons parlé ci-dessus. Il devrait être équipé d’un treuil, ainsi que de tout équipement essentiel comme un cric, une roue de secours, une trousse à outils complète, etc… Un treuil est un appareil qui peut rendre d’inestimables services. Si le véhicule s’enlise, on pourra le sortir de sa fâcheuse position. Si un objet pesant doit être déplacé, le treuil peut être utilisé comme un palan. Les utilisations qu’il est possible d’en faire ne sont limitées que l’imagination de l’équipe d’investigateurs.

Si l’équipe dispose d’une automobile, il est nécessaire de recruter un investigateur qui sache très bien conduire, parce qu’on peut se voir obligé de pourchasser des adeptes, de fuir au plus vite une terrible menace ou d’échapper à la police ou à une populace courroucée. Il est pratique, aussi, que le conducteur soit le mécanicien du groupe. Pour obtenir des conseils sur les procédures à suivre lorsqu’une équipe ne réussi pas à échapper à la rigueur de la loi, voir le paragraphe intitulé « les spécialistes de la communication ».

Dans certains endroits, il est conseillé de disposer d’un type particulier de véhicule, ou même de ne pas s’encombrer de véhicule. Par exemple, une voiture ou un camion est sans utilité dans un marais ou dans la jungle amazonienne et dans les neiges de l’Antarctique, des traîneaux à chiens sont le moyen de transport le mieux adapté.

Les vêtements :
Les investigateurs devraient porter des gants en cuir. Ainsi leurs mains seront protégées contre les piqûres d’insectes et autres morsures. Des bottes en cuir assurent aussi une très bonne protection. Si une descente dans les égouts ou dans des souterrains encore plus sales est prévue, les investigateurs devraient prévoir de s’équiper de cuissardes ou de bottes en caoutchouc. Non seulement ces accessoires protègent-ils efficacement contre la saleté, mais ils empêchent aussi toute contraction de quelque horrible maladie. Transportez des vêtements de rechange dans le coffre de votre voiture. Après avoir passé une longue nuit à interrompre des cérémonies occultes, les investigateurs seront fatigués et couverts de saleté, de sang ou de slim… en changeant ils se sentiront tout de suite mieux. Outre dans de telles circonstances, il est possible que certains membres du groupe soient devenus fous (temporairement ou définitivement) et les autres (qui auront gardé suffisamment de santé mentale) auront bien assez de soucis comme ça sans devoir encore expliquer à un policier pourquoi tout le monde est aussi sale.

Autres éléments d’équipement :
Dans le coffre de la voiture du groupe, il devrait y avoir en permanence des pioches, des pelles, des haches, des crics des pieds de biche, des vêtements de rechange, des armes, des munitions, une trousse d’outils complète, des roues de secours, un appareil photo et du matériel de développement et toujours de la corde (c’est pourquoi il est plus utile de disposé d’un camion). La plus grande partie du matériel peut être laissée dans le véhicule, mais chaque investigateur devrait porter un sac à dos contenant les provisions essentielles, autant de corde qu’il peut en porter et quelques grappins. L’équipe ne devrait pas oublier d’emporter quelques bidons ou bouteilles de benzène, des fusées éclairantes et de pistolets lance fusée. Chaque investigateur devrait avoir en mémoire le code standard de l’équipe (voir paragraphe intitulé : « Les communications codées ») – il n’est pas conseillé de transporter une version écrite de ce code parce qu’elle pourrait tomber dans les mains de l’adversaire.

Le quartier général :

Le quartier général de la Société Théron Marks était installé à Arkham, Massachussets, dans la maison du Docteur Johnathan Dare, jusqu’à ce qu’un certain Edward Chandler détruise cette maison. Le quartier offrait le gîte et le couvert aux investigateurs et possédait une bibliothèque en sous-sol. On trouvait aussi une chambre forte, un laboratoire, un champ de tir et l’appartement de M. Franklin. Chaque équipe devrait avoir une base, au moins une base temporaire. Un quartier général sert de lieux de rendez-vous en cas d’urgence, de centrale de communication pour relayer les messages entre les groupes d’investigateurs, d’hôtel/restaurant pour les membres aussi bien que pour les invités et d’endroit sûr pour entreposer les livres et les objets de valeur. Il apporte un certains esprit de corps à une équipe et un refuge devant une mort certaine ou la folie. Malheureusement, si l’équipe réussit trop bien dans ses enquêtes ou attire trop l’attention d’une façon ou d’une autre, il devient nécessaire de changer régulièrement le quartier général de place pour éviter qu’il ne soit attaqué.



...
avatar
M. Weiss T.
Agent de liaison

Masculin

Age Age : 41
post post : 127

Revenir en haut Aller en bas

Re: Archives de campagne de Marks Théron (1920-40)

Message  M. Weiss T. le Mer 3 Jan - 14:10

Les procédures d’enquête

Avant de se ruer pour détruire des horreurs blasphématoires et surnaturelles, une équipe d’investigateurs, doit absolument apprendre le plus de choses possibles sur ses ennemis, de quelque nature qu’ils puissent être, en consultant les bonnes sources d’informations. Trouvez quelle est l’histoire de chaque famille, endroit ou séquence d’événements en rapport avec votre enquête et n’arrêtez vos recherches avant d’être raisonnablement convaincus que toutes les sources d’informations ont été épuisées. Alors que c’est une folie de diviser l’équipe dans une situation tactique rapprochée, c’est une bonne idée de le faire pour rechercher des informations parce que cela permet de gagner du temps lorsqu’il faut aller vite.
Essayer d’inclure dans chaque groupe au moins un personne qui possède des compétences de recherche au dessus de la moyenne. Envoyer vos érudits dans les bibliothèques ou aux archives des journaux parce que les informations qu’on peut toujours y trouver ne doivent pas être négligées. N’oubliez pas qu’une enquête très complète sur un phénomène paranormal n’est pas qu’un préliminaire à réussir, c’est souvent une nécessité pour pouvoir rester en vie et sain d’esprit.

Les bibliothèques :

La bibliothèque publique devrait être la première source d’informations sur les circonstances d’un phénomène. Si la ville est trop petite pour posséder une bibliothèque municipale, allez à la bibliothèque du conté ou celle de la grande ville la plus proche.

Conduisez vos recherches par sujets, nom, personnalités, endroits, événements, suites d’événement, morts et disparitions. Cherchez dans l’index des auteurs pour voir si des personnalités n’ont pas écrit quelque chose. Chercher des livres sur les légendes locales ou les fadaises racontées par les indigènes ou les habitants récents de la région. Les bibliothèques contiennent des fichiers sur les journaux locaux. Et peuvent même ^posséder des journaux d’autres villes, d’autres états et de pays étrangers. En outre, il n’est pas rare d’y trouver des livres rares ou anciens, des papiers personnels et des lettres de personnages historiques morts depuis longtemps, toute une série de documents qui ont été retirés de la circulation et qui sont gardés sous clefs. Adressez-vous au bureau d’accueil pour demander à voir ce genre de documents. L’érudit de votre équipe ne devrait pas rencontrer trop de difficultés à les obtenir parce qu’il peut toujours impressionner avec ses références.
Si une équipe d’investigateurs se retrouve dans la maison ou le bureau de quelqu’un, que ce soit dans le cadre dans une enquête préliminaire ou dans le cadre de l’enquête en elle-même, elle devrait prendre le temps de fouiller tous les bureaux, les bibliothèques ou les collections de livres sur lesquels elle peut tomber. Continuez toujours vos recherches après avoir fait une découverte, sur le sujet (pour trouver des informations sur le sujet lui-même), sur les noms intéressants associés au sujet, sur les endroits cités, sur les événements dont il est fait mention, etc. Il peut toujours y avoir des informations supplémentaires à découvrir. Prenez votre temps et soyez complet dans vos recherches…

Les journaux :

La seconde source principale de renseignements est constituée par les archives du journal local qui se trouve habituellement au siège du journal lui-même, mais qui peuvent aussi être à la bibliothèque municipale. Si la ville est trop petite pour posséder son propre journal ou si le journal ne paraît plus, allez à la bibliothèque de la grande ville la plus proche et aux archives des journaux de cette ville. Orientez vos recherches sur les noms de familles célèbres, les événements liés, les suites d’événements liés, les dates importantes, les rubriques de mariages, les nécrologies, les naissances, les faits divers, les agressions, les relations de visons anormales, les mots étranges, etc. Parcourez soigneusement les rubriques nécrologiques. Limitez votre sujet de recherches assez étroitement pour trouver à coup sûr une information si elle existe, mais rester attentif à l’apparition de renseignements reliés. Cherchez des articles sur les morts curieuses ou des disparitions. La façon dont la mort est décrite peut vous renseigner sur la nature du monstre ou du phénomène qui en est à l’origine.Essayer de déterminer quand exactement, les manifestations d’un phénomène ont commencé. L’examen de la chronologie des évènements, des décès, des naissances et des mariages peut vous indiquer si le phénomène a été importé dans le coin ou s’il est « né » sur place.
avatar
M. Weiss T.
Agent de liaison

Masculin

Age Age : 41
post post : 127

Revenir en haut Aller en bas

Re: Archives de campagne de Marks Théron (1920-40)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum